Les protections contre l’hypothermie.

En hivers, le danger principal du monde aquatique est le froid.

Le froid tue plus vite et en plus grand nombre toutes les personnes tombées à l’eau ou en contact avec l’eau c’est ce que l’on appel l’hypothermie.

L’idée généralement répandue sur l’hypothermie est qu’elle survient seulement au cours de l’immersion de la victime dans l’eau froide alors que c’est un processus de refroidissement du corps humain très lent et qui peut se manifester de diverses façons et comporte différents stades de gravité qui peuvent débuter avant l’immersion et surtout perdurer après l’extraction du corps du milieu liquide.

L’hypothermie se défini comme un abaissement de la température centrale en dessous de 35 °c.

Un corps mouillé se refroidit 9 fois plus vite dans l’air.

Immergé dans de l’eau à 10°c, le corps se refroidit 25 fois plus vite que dans l’air.

80% des survivants du naufrage du M/S l’Estonia sont décédé d’hypothermie.

2.5 Moyens de protection thermique (recueil LSA)

2.5.1. Un moyen de protection thermique doit être fabriqué avec un matériau imperméable à l’eau ayant une conductance thermique qui ne soit pas supérieure à 7 800 W/(m2K) et construit de telle sorte que, lorsqu’il sert à protéger une personne, il réduise la déperdition de la chaleur du corps par convection et par évaporation.

2.5.2. Le moyen de protection thermique doit :

1. Recouvrir la totalité du corps de personnes de toutes tailles portant une brassière de sauvetage, à l’exception du visage. Les mains doivent aussi être couvertes à moins que des gants ne soient attachés en permanence au moyen de protection thermique ;

2. Pouvoir être déballé et endossé aisément sans assistance dans une embarcation ou un radeau de sauvetage ou dans un canot de secours ; et permettre à la personne qui le porte de l’enlever dans l’eau dans un délai maximal de 2 minutes s’il l’empêche de nager.

2.5.3. Le moyen de protection thermique doit fonctionner de façon satisfaisante lorsque la température de l’air est comprise entre – 30 oC et + 20 oC.

Les aides à la protection thermique (TPA )tpab

La plus connue est la couverture de survie double face que l’on trouve dans la trousse de premier secours.

Il existe différente épaisseur en fonction de leur utilisation.

La plus par des modèles grands publics sont à usage unique.

la couverture de survie permet d’isoler et réfléchir la chaleur corporelle de la victime

Le côté doré protége des agressions extérieures froid ou chaud alors que le côté argenté réfléchi la chaleur rayonnante uniquement du corps.

Son usage en milieu aquatique est limité.

 

MKIVcx

Les thermal protective Bag

Le « sac de survie », on le trouve dans les radeaux de survie professionnelle mais de plus en plus dans les radeaux de plaisance en classeII

Il est fabriqué avec un matériau imperméable à l’eau en extérieur et d’un revêtement intérieur aluminisé ayant une conductance thermique qui ne soit pas supérieure à 7 800 W/(m2K).

Il réduit la déperdition de la chaleur du corps par convection et surtout par évaporation d’un corps mouillé.

C’est la version maritime de la couverture de survie.

C’est un élément indispensable dans une trousse de survie en plus de ceux que l’on rencontre dans le radeau.

 

Les vêtements de protection thermique (TPS)

TPS 3000
SEAPASS PASSENGER SUIT

 

A la différence des combinaisons de survie avec les quelles ont les confond, les TPS ne sont pas étanche dans l’eau.

Ils offrent une meilleurs isolation thermiques que les TPA et assurent une mobilité permanente.

Voici deux exemples de TPS qui sont une très bonne alternative en cas d’absence de combinaison de survie lourde.

Vêtement d’abandon et de protection thermique pour passagers à usage unique.

Combinaison de protection thermique et d’abandon en nylon enduit de polyuréthane pour membre d’équipage .

 

page09_detail
SeaLife TP

Les gilets de sauvetage à protection thermiques (TPLJ)

Dernier-né de la grande famille des gilet de sauvetage le TPLJ a été développé par les pays nordiques après la catastrophe de l’ESTONIA.

Ils en existe trois sur le marché.

Le TPLJ augmente de plus de 30 % la résistance à l’hypothermie d’une personne tombée à l’eau avec.

Ils sont obligatoires sur tous les bateaux à passagers de la mer du Nord.

Print Friendly, PDF & Email
Translate »