La leptospirose, une maladie sous-estimée, se propage en France

La leptospirose, également appelée « la maladie des rats » car transmise par l’urine des rongeurs, est trop peu connue et largement sous-estimée.

Elle est cependant la zoonose la plus répandue au monde avec un million de cas et 60 000 morts par an.

La maladie touche certaines professions exposées comme les agriculteurs, les éleveurs , les égoutiers ou le BTP.

Mais également les adeptes de loisirs en plein air notamment aquatiques comme la pêche, la baignade ou le canoe-kayak, par contact avec les eaux douces souillées par les urines d’animaux infectés.

Dans les régions tropicales comme les collectivités et les départements français d’Outre-mer, la population est plus largement exposée.

La maladie est transmise par les animaux, via leurs urines, notamment par des rongeurs, tels les rats en ville ou les ragondins à la campagne.

« Les bactéries pénètrent dans le corps par les muqueuses, les petites plaies et s’attaquent au foie, aux reins, au cœur », expliquent nos confrères.

Le traitement repose sur des antibiotiques.

Après l’incubation, de quatre à une dizaine de jours, la maladie se manifeste dans la majorité des cas par des signes ressemblant à la grippe.

Les formes graves peuvent entraîner une atteinte de tous les organes potentiellement mortelle, avec une insuffisance rénale, des hémorragies et une jaunisse.

Un vaccin existe, mais est destiné aux professionnels les plus fréquemment impliqués (égoutiers, vétérinaires).

Pourtant, en France, 600 formes sévères sont signalées chaque année, soit deux fois plus qu’il y a cinq ans.

Print Friendly, PDF & Email
Translate »